Everest 2015

Récit de l’aventure

Ascension du camp de base de l’Everest octobre-novembre 2015

Jour 1

Après une journée de repos à Katmandou, la capitale du Népal, on se dirige vers l’aéroport vers 5h du matin pour le vol de 45 minutes jusqu’à Lukla. L’aéroport de Lukla est reconnu comme étant le plus dangereux au monde. Les visages des passagers en disent long! Cette piste d’atterrissage a été créée par Sir Edmund Hillary et ses compagnons en bordure d’une falaise à 2800 m d’altitude lorsqu’ils ont débuté la construction d’écoles et d’hôpitaux pour les Sherpas dans la région de l’Everest. Le vol est absolument mémorable grâce aux vues spectaculaires sur les montagnes de l’Himalaya. L’équipe se rassemble et nous descendons vers la rivière Dudh koshi, un torrent qui coule depuis les plus hauts sommets. Le large sentier bien défini serpente le long des champs de pommes de terre et de sarrasin vers le campement permanent à Ghat situé à 2530 m. En raison de mes troubles d’équilibre, je suis accompagnée de mon sherpa Birbal Basnet qui veille à ma sécurité et me tient le bras gauche en tout temps lors de la randonnée.

JOUR 2

La première nuit en campement a bien été et la température est assez agréable. Je suis agréablement surprise par l’excellence de la nourriture népalaise en montagne et du bon sirop d’érable que Michel a apporté pour les petits déjeuners. Beaucoup de légumes et très peu de viande car les animaux sont persévérés pour le transport de marchandises pour les habitants.  Nous traversons plusieurs fois la Dudh Koshi, surnommée la rivière de lait à cause de sa couleur. Il ne faut pas avoir le vertige puisque nous traversons plusieurs ponts suspendus. La vue est tellement incroyable, la vitesse du courant de la rivière qui coule en dessous de nos pieds est impressionnante. Nous croisons, le long des sentiers, des groupes d’ânes,,de yaks , de dzos et des porteurs qui transportent des marchandises, du ravitaillement et du matériel de construction. Les porteurs sherpa sont vraiment courageux, habiles et travaillants. Nous voyons aujourd’hui les premiers murs de Mani. Ces constructions sont faites de plusieurs pierres plates portant des inscriptions sculptées de textes bouddhistes et de mantras. En signe de respect, les Bouddhistes marchent à gauche de ces manis et stupas. Nous dormons en campement érigé au dessus de Monjo à 2850 m. Le Diamox a ses effets secondaires malheureusement surtout en pleine nuit mais l’expérience acquise lors de l’ascension du Kilimandjaro en 2014 m’a beaucoup aidée à mieux prévoir donc il y a moins de surprises.

JOUR 3

Au lever du soleil, nous entrons dans le parc national Sagarmatha. La création de ce parc national a fait un effort important pour enrayer l’utilisation de bois de chauffage dans la région. Les groupes de trekkeurs autonomes ne doivent utiliser que du kérosène ou du propane pour la cuisson, une philosophie que nous mettons en pratique partout au Népal. Les maisons de thé (teehouses) et les refuges devraient utiliser le kérosène, les fientes de yak ou l’électricité mais, malheureusement, ils continuent le plus souvent de brûler du bois pour la cuisson, le chauffage et la production de l’eau chaude pour les douches des randonneurs, ce qui épuise les ressources forestières. Nous suivons ensuite un cours d’eau jusqu’au confluent du Dudh Koshi et du Bhote koshi, et traversons un spectaculaire pont avant de commencer l’ascension vers le village de Namche Bazaar à 3440 mètres, capitale sherpa du Népal. La montée est très difficile, le sentiertraverse des forêts de pins et nous conduit au premier point de vue sur le mont Everest. Le sentier continue à monter et serpente jusqu’à Namche Bazar, où nous découvrons ce village prospère niché dans une vallée en forme de fer à cheval et dominé par le magnifique sommet de Kongde. La nourriture est plus qu’excellente et le peuple népalais est doté d’une âme incroyable et charitable.

JOUR 4

Devant nous, les versants à pic des vallées glaciaires remontent vers la base de l’Everest brisés seulement par les moraines laissées par les anciens glaciers. À plus de 4000 m au-‐dessus de la vallée, les sommets nous englobent. Nous voyons autour de nous les plus hauts sommets du monde; Taweche (6542m), Thamserku (6808m), Kantega (6685m), Ama Dablam (6856m), Nuptse (7896m) et Lhotse (8511m). Le plus haut de tous, le mont Everest, culmine à 8848 m. C’est une bonne journée d’acclimatation, nous montons sur la crête surplombant Namche située à 4000 m et nous redescendons au même campement pour la nuit. Tout un spectacle qui s’offre à nos yeux. Les nuits sous la tente se font de plus en plus froides.

JOUR 5

La marche vers Thyangboche est l’une des plus spectaculaires du Népal. Le sentier serpente autour des crêtes et nous pouvons apercevoir clairement l’Everest à l’horizon, avant la descente parmi les splendides forêts de rhododendrons. Ce midi, nous avons diné dans un restaurent sherpa. Il y avait seulement une cliente dans ce restaurent et elle a reconnu notre accent canadien français. Cette dame vient de la Colombie-Britannique et vit au Népal 6 mois par année depuis plus de 20 ans. Nous avons discuté et voulait  des nouvelles du pays mais le plus drôle, elle était contente des résultats des élections canadiennes qui ont eu lieu quelques jours auparavant.  Après le dîner, nous traversons la rivière Dudh Koshi pour débuter la montée le long de la crête continue, vers le sommet de Kantega. Nous passons ensuite par un portail traditionnel croisant sur notre route une stupa, puis les crêtes laissent place aux prés herbeux du village entourant le monastère de Tengboche. Le monastère a récemment été restauré avec l’assistance de Sir Edmund Hillary, après avoir été détruit par les flammes.  Nous passons la nuit au campement à Deboche à 3770 m.

JOUR 6

De Deboche, nous descendons pour traverser l’Imja Khola, avant d’entreprendre une légère ascension vers le village de Pangboche (4000 m). Nous avons fait un petit détour pour visiter le monastère Pangboche, le plus ancien monastère de la région de Khumbu, dont la construction daterait de plus de 300 ans. La vue sur l’Ama Dablam, un des plus impressionnants sommets des Himalayas, est imprenable. Nous traversons la rivière avant de monter jusqu’à Dingboche à 4360 m, situé au pied de l’Ama Dablam. Ce soir, notre guide Samdé Sherpa nous a chanté une chanson traditionnelle népalaise accompagné de sa guitare.

JOUR 7

Une importante journée d’acclimatation,  nous montons vers la crête qui surplombe le village jusqu’à Chhukung. Des glaciers massifs couvrent les falaises qui surgissent de la vallée à plus de 3500 m, donnant un effet dramatique au paysage. Nous bénéficions d’un après-midi libre pour faire du lavage. Nous avons rencontré des gens de la Hollande aujourd’hui qui partagent notre campement. Nous commençons à ressentir le froid lors des soupers dans le campement, il y a un petit poêle artisanal dans le campement mais nous avons droit qu’à un attise avec du crottin de yak par soir vers environ 18h00 seulement.

JOUR 8

Les pentes sont à présent désertes, puisque nous avons atteint le plateau au-dessus de la ligne des arbres. Par la crête Dhugla et les moraines, nous marchons en direction du glacier Khumbu. Des monuments en pierre y ont été érigés en mémoire d’alpinistes ayant perdu la vie à la conquête des hauts sommets de la région, incluant l’Everest. La température se refroidit.

JOUR 9

Trek vers Gorak Shep (5288 m) et le Camp des base de l’Everest (5360m)
Nous marchons en longeant le glacier Khumbu, puis par le sentier vers la moraine rocailleuse en direction du campement de Gorak Shep. Nous sommes en haute altitude, parmi les glaciers et les plus hauts sommets du monde. Nous dînons à Gorak Shep puis continuons le trek vers le camp de base de l’Everest. Toujours en suivant la moraine, nous retournons vers Gorak Shep pour passer la nuit, seule et unique nuit du trek dans un lodge. L’humidité et le froid nous transpercent les os.

JOUR 10

Une petite surprise à notre réveil ce matin, 15 cm de neige au sol qui change la beauté du paysage. En dessous de nous, le glacier Khumbu serpente vers les cascades glacières et le Western Cwm. Nous pouvons voir le site où les alpinistes dressent maintenant leur camp de base, mais le lieu original était au lac Camp, maintenant connu sous le nom de Gorak Shep. Prenez le temps de regarder autour de vous et de vous laisser imprégner par la grandeur de l’Himalaya. En descendant le long du glacier, nous atteignons le front du glacier et descendons dans une ancienne moraine  et poursuivons notre route vers le petit village de Tucla. Le sentier longeant l’ancienne vallée nous mène ensuite au village de Dingboche. Cet après-midi, nous pouvons monter jusqu’à la crête derrière Dingboche et voir le soleil se coucher sur le Nuptse, le Lhotse et le sommet du Chhukung.

JOUR 11

Plusieurs randonneurs ont tendance à accélérer le pas, étant donné que la marche se fait sur une pente descendante. On passe la nuit à Deboche à 3770 m.

JOUR 12

Si le temps est clair, la vue sur les montagnes depuis le monastère de Tengboche qui célèbre lors de notre passage la grande fête annuelle Mani Rimdu Festival est magnifique. L’Everest, le Lhotse et le Nuptse sont à la tête de la vallée avec en ligne de mire le Taweche d’un côté et l’Ama Dablam, de l’autre. Puis, presque directement au-dessus de vous se dressent le Kantega et le Thamserku. Enfin, pour compléter ce panorama de 360 degrés, nous avons une vue sur le Khumblia et Ri Kongde, qui ferment ce cercle de montagne. Nous marchons toute la journée jusqu’à Namche, et en nous approchant des villages, nous passons par des cultures en terrasse qui abritent les faisans colorés de Danphe, l’oiseau national du Népal. Lors du souper au campement, plusieurs groupes sont présents; américains, français et australiens pour partir vers le camp de base les yeux plein d’envie et d’optimisme.

JOUR 13

En quittant Namche, nous descendons à travers la forêt vers la rivière Dudh Koshi, que nous traversons plusieurs fois aujourd’hui. Nous avons l’impression que cela fait longtemps que nous sommes passés par ces villages lors de nos premiers jours de treks. En quittant le parc national Sagarmartha, nous arrivons à notre campement permanent à Ghat en après-midi.

JOUR 14

Revenant sur nos pas, nous passons par une variété de villages et des forêts avant de débuter une légère montée vers Lukla. Nous avons parcouru 130 km de marche depuis notre départ.  Nous apprécions notre dernier coucher de soleil sur la chaîne himalayenne. La dernière soirée du trek est une grande célébration pour nous et notre équipe, les porteurs, qui partiront d’ici pour rentrer chez eux. C’est notre dernière nuit en montagne. Le lendemain matin vers 6h00, nous retournons vers Katmandou par avion avec un décollage assez rock and roll étant donné qu’au bout de la piste de décollage, il y a un précipice et en avant de nous une énorme montagne mais nous faisons confiance à nos pilotes!  🙂

En image